Articles récents

LAS VEGAS, DE SA FONDATION A SON DEVELOPPEMENT EN CAPITAL MONDIALE DU POKER

LAS VEGAS, DE SA FONDATION A SON DEVELOPPEMENT EN CAPITAL MONDIALE DU POKER

Las Vegas est situé dans l’État du Nevada. Sa métropole compte environ 2 millions d’habitants. De nos jours, c’est l’une des principales attractions touristiques des États-Unis. Jusqu’à récemment, Vegas était considérée comme la capitale mondiale du jeu. Toutefois, le territoire qu’occupe aujourd’hui la ville était habité depuis plus de 10 000 ans par les Amérindiens.

Las Vegas reçu son nom actuel en 1829, quand une caravane d’environ 60 hommes, dirigée par l’Hispano-mexicain Antonio Armijo, a traversé la région, en direction de Los Angeles. L’expédition a baptisé l’endroit Las Vegas, parce que c’était une vaste région verte, créée autour de sources, qui contrastait avec le désert de Mojave environnant. Las Vegas est passée du Mexique aux États-Unis en 1855. En 1864, Fort Baker y fut construit et un accord fut conclu avec les indigènes pour occuper la région.

Au début du XXe siècle, les sources furent canalisées vers le noyau urbain et l’existence d’un approvisionnement continu en eau potable permis la croissance démographique de la ville. Las Vegas devint un « oasis », point de ravitaillement obligatoire pour les caravanes puis les chemins de fer.

Curieusement, en 1910 le jeu fut interdit dans le Nevada. La ville progressa sous les auspices des compagnies ferroviaires et le soutien économique du gouvernement fédéral. Cependant, en 1917, la principale compagnie ferroviaire de la ville fit faillite et Las Vegas plongea dans une crise majeure qui dura une décennie.

La solution à ce déclin est venue en 1930, lorsque le président Herbert Hoover a décidé de construire un immense barrage qui plus tard s’appellerait le barrage de Hoover. Les besoins en main-d’œuvre ont fait croître la population de Las Vegas de 5 000 à 25 000 habitants. La population était alors majoritairement composée de jeunes hommes. La ville a commencé à développer des services adaptés à leurs besoins. C’est alors que sont apparus les premiers casinos illégaux et quelques clubs de showgirls, gérés par des hommes d’affaires et des gangsters.

En 1931, l’état du Nevada a décidé de légaliser le jeu, ils avaient compris que les casinos pourraient devenir une excellente source de revenus pour la ville. Et ils avaient raison, car ce fut la première étape qui transforma cette ville perdue au milieu du désert en capitale du jeu. Le Club du Nord a été le premier casino à obtenir une licence pour opérer légalement à Las Vegas en 1931. Vinrent ensuite le Las Vegas Club et l’Apache Hotel, tous sur Freemont Street, devenue la première rue pavée de la ville.

Le gouvernement fédéral tenta de freiner l’arrivée des travailleurs du barrage Hoover à Las Vegas entrainant une réduction du nombre de maisons de jeux et une récession économique.

Le barrage Hoover devint une attraction touristique et commença à recevoir des visiteurs, incitant les entrepreneurs de Las Vegas à créer des hôtels. De plus, en 1940, la route 95 des États-Unis arriva à Las Vegas, ce qui facilita l’accès routier à la ville. La participation des USA à la Seconde Guerre mondiale favorisa la création d’une école d’artillerie dans la ville. Le commandement de l’armée fut contre le fait que la prostitution soit légale et obligea les autorités locales à l’interdire.

Dans les années 1940, les premiers resorts du Strip furent construits, tels que El Rancho Vegas, Last Frontier Hotel ou le Flamingo, appartenant au gangster Bugsy Siegel. Le potentiel économique de Las Vegas attira rapidement l’attention d’autres gangsters, de sorte que le crime organisé commenca à prendre des positions dans la ville, afin de tirer le meilleur parti de son économie en plein essor. L’alliance des gangsters et des investisseurs Mormons permit la construction dans les années 1950 de nombreux cercles de jeux, tels que le Sahara, la Riviera, le Tropicana ou le Binion Horseshoe.

En 1954, environ 8 millions de personnes visitèrent la ville et jouèrent aux alentours de 200 millions de dollars dans leurs casinos. Le jeu n’était pas la seule attraction, en effet, les plus grandes stars du cinéma et de la musique se produisaient également là-bas (Frank Sinatra, Elvis Presley, Dean Martin, Bing Crosby, etc.).

La propagation du crime organisé dans cette ville où presque tout était toléré par la loi générait de vives inquiétudes au Sénat des États-Unis. Las Vegas continua à croître dans les années 1960 et 1970. Peu à peu, l’influence du crime organisé diminua avec le vieillissement de la génération ayant connu la seconde guerre mondiale. À la fin des années 80 débuta l’ère des Megaresort, avec la construction du Mirage. Progressivement, les anciens hôtels furent démolis, laissant de place à de luxueux resorts, avec des milliers de chambres et de grands casinos. Après le Mirage, furent construits d’énorme palaces comme le Rio, le MGM Grand, le Louxor, le Bellagio et le Vénitien. Enfin, au début du 21ème siècle, ce fut le tour du Planet Hollywood et du Wynn.

En 2003, un complet inconnu dénommé Chris Moneymaker remporta le Main Event des World Series of Poker, provoquant le célèbre «effet Moneymaker», synonyme de popularisation du poker aux États-Unis et dans le monde entier. Moneymaker, un joueur amateur, réalisa l’exploit tant rêvé par de nombreuses personnes : devenir riche en jouant au poker à Las Vegas. Son exploit contribua à transformer la ville en capitale mondiale du jeu.

Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Surpassée par Macao, Las Vegas reste cependant la capitale mondiale du poker et un endroit où l’on désire aller ou y revenir.



Este sitio web utiliza cookies. Si continúa la navegación estará aceptando nuestra política de cookies Más info.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close